Lors du Conseil Environnement de l'UE, le 4 octobre 2019, les Ministres de l'Environnement des Vingt-huit ont défini la position de négociation de l'UE en amont de la prochaine Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP-25, qui se tiendra à Santiago, au Chili, du 2 au 13 décembre 2019).

Dans leurs conclusions sur le climat, les Ministres de l'Environnement des Vingt-huit se sont accordés pour "mettre à jour" la NDC de l'UE en 2020 (voir paragraphe 11) alors que dans le projet de conclusions (voir paragraphe 11), élaboré par la Présidence finlandaise après discussion avec le COREPER (Comité des représentants permanents des Etats membres), la formulation comportait quatre options : "l'UE [actualisera] [ou communiquera] [révisera] [et renforcera] sa contribution déterminée au niveau national en 2020....".

En clair, les Ministres ne sont pas parvenus à un accord sur le besoin de réviser à la hausse l'objectif actuel de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l'UE pour 2030 (-40%, base 1990) conformément aux préconisations du Parlement européen (PE) dans sa résolution (non contraignante) du 14 mars 2019 sur la proposition de stratégie bas-carbone 2050 de l'UE, présentée par la Commission le 28 novembre 2018. Ainsi, le PE a préconisé un renforcement de l'objectif de -40% à -55% et la fixation d'un objectif de neutralité carbone en 2050. Par ailleurs, Ursula von der Leyen, Présidente-élue de la Commission européenne (qui prendra ses fonctions le 1er novembre 2019), s'est engagée, dans sa proposition de "Green New Deal" (Nouvel accord vert) inscrit dans son programme pour l'Europe, présenté le 16 juillet 2019, à faire passer cet objectif à -50% et d'ici 2021, voire à -55%.

Selon Climate Home News, 10 Etats membres (sept pays de l'Europe de l'Est [Bulgarie, Estonie, Hongrie, Lituanie, Pologne, République tchèque et Roumanie], ainsi que Croatie, Grèce et Malte), se sont opposés à une formulation plus ambitieuse ("renforcera" au lieu de "mettra à jour") dans les conclusions du Conseil Environnement. Sur ces 10 Etats membres, trois (Pologne, Hongrie et République tchèque bloquent toujours un accord sur la stratégie bas-carbone 2050 de l'UE intégrant un objectif de neutralité carbone assorti de l'échéance 2050. Voir actu du 4 octobre 2019 dans cette rubrique. 

A noter enfin qu'aux termes de la décision 1/CP.21 qui accompagnait l'Accord de Paris, adoptée à la COP-21 (2015), les Parties, dont la contribution prévue déterminée au niveau national (INDC) comporte un calendrier jusqu’à 2030 (la plupart des Parties) sont exhortés ("urged") à la communiquer ou à l'actualiser d’ici 2020 et de le faire ensuite tous les cinq ans (cf. paragraphe 24 de la décision 1/CP.21). Quant aux Parties ayant soumis une INDC avec un calendrier jusqu’à 2025 (Brésil, Etats-Unis,...), elles sont exhortées à communiquer d’ici 2020 une nouvelle NDC et à le faire ensuite tous les cinq ans (cf. paragraphe 23).

Voir  conclusions sur la COP-25 (position de négociation).