Publication, le 5 septembre 2019, par le centre de recherche international World Resources Institute (WRI) d'une étude analysant les émissions de gaz à effet de serre hors CO2 de la Chine (CH4, N2O, HFC,...) et les mesures mises en œuvre pour les réduire.

L'analyse s'appuie sur les données d'émission de 2014 (dernière année disponible), soumises à la CCNUCC dans le cadre du 2e rapport de mise à jour biennal de la Chine (voir p.16). En 2014, le CH4 représentait 10,4% des émissions nationales totales de GES (1 125 Mt CO2e sur 12 301 MtCO2e, hors UTCATF) et le N2O représentait 5,4% (610 Mt CO2e, hors UTCATF). Cette nouvelle analyse souligne que les émissions nationales totales de GES hors CO2 en 2014 (2 026 Mt CO2e) en Chine étaient supérieures d'un facteur 1,5 aux émissions totales de GES du Japon (1 290 Mt CO2e, tous GES confondus, en 2017, source : CCNUCC). Le WRI estime que les émissions de GES hors CO2 en Chine vont connaître une croissance modeste jusqu'en 2030 dans un scénario avec mesures existantes, qu'elles vont se stabiliser entre 2030 et 2040 avant d'entamer une baisse plus marquée. A noter que la Chine n'a pas fixé d'objectif quantitatif de réduction des émissions de GES hors CO2 dans sa contribution nationale (NDC) soumise au titre de l'article 4 de l'Accord de Paris.
Voir communiqué et étude intégrale.