Publication dans la revue scientifique Nature des résultats d'une étude méthodologique réalisée par une équipe internationale de chercheurs intitulé : l'estimation et le suivi du budget carbone restant pour respecter les objectifs climats stricts" (Estimating and tracking the remaining carbon budget for stringent climate targets).

Le budget carbone est la quantité maximale cumulée de CO2 pouvant encore être émise dans l'atmosphère pour rester en-dessous des objectifs de l'Accord de Paris (objectifs +2°C et/ou +1,5°C). Les auteurs de ce nouvel article figuraient également parmi les auteurs du rapport spécial 1,5°C du GIEC, publié le 8 octobre 2018.

Dans son rapport spécial 1,5°C, le GIEC a souligné que :
• pour limiter le réchauffement à +2°C d'ici 2100, il ne faut pas dépasser un budget carbone de 1 690 Gt CO2 (probabilité de 50%) ou de 1 320 Gt CO2 (probabilité de 66%)
• pour limiter le réchauffement à +1,5°C d'ici 2100, il ne faut pas dépasser un budget carbone compris entre 580 et 770 Gt CO2 (probabilité de 50%) ou entre 420 et 570 Gt CO2 (probabilité de 66%).
Le GIEC a conclu que d'importantes incertitudes demeurent au sujet du volume du budget carbone mondial restant.

Les auteurs de la nouvelle étude attirent l'attention sur les fourchettes larges associées à ces estimations du budget carbone restant, ce qui compromet son efficacité comme indicateur pour fixer des objectifs de réduction des émissions qui soient cohérents avec l'Accord de Paris. Les auteurs ont donc présenté un cadre qui permet de suivre les estimations du budget carbone restant et de comprendre comment ces estimations peuvent être affinées au fil du temps, au fur et à mesure des progrès scientifiques. Selon les auteurs, l'application de ce cadre pourrait aider à réduire les écarts entre les différentes estimations du budget carbone restant et constituer une base pour réduire les incertitudes relatives aux fourchettes d'estimations futures.
Voir article dans Nature, synthèse de l'article publiée dans Carbon Brief et Fiche de Synthèse du rapport spécial 1,5°C du GIEC réalisé par le Citepa (voir pp.15-16 pour le budget carbone).