Lancement, par le Gouvernement sur tout le territoire, du Grand Débat National axé sur quatre thèmes qui couvrent des grands enjeux de la France, dont la transition écologique. Cette démarche, qui fait suite notamment à la crise des "gilets jaunes", est inédite par sa forme et son ampleur. Elle vise à répondre aux attentes exprimées par les citoyens d'être plus directement associés à l'élaboration des politiques publiques qui ont une incidence directe sur leur vie quotidienne et à envisager des solutions pour l’avenir du pays sur des problématiques majeures. 
Voir site dédié, plate-forme du débat et rapport de mission du CNDP proposant les principes, la méthode et les outils du Grand Débat National. Voir aussi lettre aux Français du Président de la République publiée le 13 janvier 2019.

Depuis quelques semaines, les maires ont ouvert leurs mairies pour que les citoyens puissent commencer à exprimer leurs attentes. La France va désormais entrer dans une phase plus large et lancer sur l’ensemble du territoire, des débats locaux, afin qu’un grand dialogue national s’engage entre tous et que chaque citoyen puisse y contribuer et ce, jusqu'en avril 2019. En ce qui concerne le thème de la transition écologique, parmi les questions qui seront abordées figurent les suivantes :
• Comment finance-t-on la transition écologique : par l’impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ?
• Comment rend-on les solutions concrètes accessibles à tous, par exemple pour remplacer sa vieille chaudière ou sa vieille voiture ? Quelles sont les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier ?
• Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir, qui doivent être conçues plutôt au niveau local que national ? Quelles propositions concrètes faire pour accélérer notre transition environnementale ?
• Comment garantir scientifiquement les choix que nous devons faire à cet égard ? Comment faire partager ces choix à l’échelon européen et international pour que nos producteurs ne soient pas pénalisés par rapport à leurs concurrents étrangers ?

Cette démarche rappelle les conférences citoyennes au Danemark et le débat national sur les énergies en France (2003). Voir ED n°146 p.I.61.