Il y a 20 ans aujourd'hui, le 11 décembre 1997, au terme de la COP-3 (Kyoto), le Protocole de Kyoto, a été adopté en application de la Convention Climat (article 17).

Ainsi, 38 pays industrialisés et l'UE (en tant qu'organisation régionale d'intégration économique), énumérés à l'annexe B du Protocole, se sont engagés sur des objectifs de réduction individuels contraignants de leurs émissions de GES pour atteindre un objectif global de réduction de 5,2% sur la période d'engagement 2008-2012 par rapport aux niveaux de 1990. Le Protocole de Kyoto est entré en vigueur le 16 février 2005. Aujourd'hui, il est ratifié par 192 Parties (191 pays et l'UE). A la COP-18 (Doha, 2012), un amendement au Protocole de Kyoto a été formellement adopté pour acter la 2e période d'engagement (2013-2020) pour 38 Parties (pays industrialisés) qui y participent dont seulement deux grands émetteurs (UE-28 et Australie). Un nouvel objectif global de réduction des émissions de GES a été fixé pour l'ensemble des 38 Parties à atteindre sur la période 2013-2020 : au moins -18% (base 1990). Ces 38 Parties ne couvrent qu'une faible part des émissions mondiales de GES (au maximum 15%) alors que la première période d'engagement a couvert environ 50% des émissions mondiales de GES en 1990 (source : The Climate Group, "Durban: Post-COP-17 Briefing", Briefing Note, 23/12/2011). A trois ans de la fin de la 2e période d'engagement, l'amendement de Doha n'est toujours pas en vigueur faute du nombre suffisant de ratifications : à ce jour, 95 Parties ont ratifié alors qu'il en faut 144 pour que l'amendement entre en vigueur.