< Méthane - CH4 Hydrofluorocarbures - HFC >

Thématique associée :  effet de serre

Période d'observation des émissions : depuis 1990

Source des données : CITEPA / Format SECTEN - avril 2016

 

Origine du polluant

Bien que non traditionnellement inclus dans les NOx, le protoxyde d'azote (N2O), également appelé oxyde nitreux, est un composé oxygéné de l'azote. L'agriculture est la principale source d'émission de N2O, en particulier du fait des apports azotés sur les sols cultivés avec l'épandage des fertilisants minéraux et d'origine animale (engrais, fumier, lisier).

Une petite partie des émissions de N2O est attribuée au trafic routier, en particulier aux véhicules équipés de pots catalytiques, et à quelques procédés industriels tels que la fabrication d'acide adipique, d'acide glyoxylique et d'acide nitrique.

 

Effet du polluant

Le N2O est utilisé en médecine pour ses propriétés anesthésiques. A forte dose, il entraîne l'euphorie et des troubles de la perception visuelle et auditive. Il possède un effet sédatif, et provoque également vertiges, angoisse, troubles digestifs (nausées, vomissements). Enfin, il peut entraîner des troubles neurologiques (tremblements, coordination des mouvements).

Du point de vue de l'environnement, le protoxyde d'azote est un puissant gaz à effet de serre. Son pouvoir de réchauffement global (PRG) est de 298, c'est-à-dire 298 fois le PRG du CO2 qui sert de référence (PRG CO2 = 1) (valeur PRG du quatrième rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) de 2007). C'est le troisième plus important gaz à effet de serre réglementé par le Protocole de Kyoto à contribuer au réchauffement de la planète après le dioxyde de carbone (CO2) et le méthane (CH4).

 

Classement des sous-secteurs* les plus émetteurs (hors Utilisation des Terres, Changement d'Affectation des Terres et Foresterie) en 2014

Classement Sous-secteur Part du sous-secteur dans les émissions nationales de la France métropolitaine
1 Culture dont : 81% dont :
         Cultures avec engrais 81%
2 Elevage 5,4%

* : un secteur (au nombre de six au total : transformation de l'énergie, industrie manufacturière, résidentiel/tertiaire, agriculture/sylviculture, transport routier ou autres transports) est désagrégé en différents sous-secteurs.

 

Emissions du polluant et ses évolutions (avec Utilisation des Terres, Changement d'Affectation des Terres et Foresterie)

Minimum observé : 146 kt en 2013
Maximum observé : 243 kt en 1997
Emissions en 2014 : 150 kt
Evolution 2014/1990 : -35,8%
Evolution 2014/maximum : -38,2%
Evolution 2014/minimum : +3,0%

Unité utilisée : kt (kilotonne)
N.B. : les émissions incluent à la fois celles induites par la combustion et par les procédés.

Source CITEPA / Format SECTEN – Avril 2016

Graph N2O 16

Graph Legende avec UTCATF

Source CITEPA / Format SECTEN – Avril 2016

Tab N2O 16

(*) selon définitions de la CCNUCC - les émissions répertoriées hors total ne sont pas incluses, à savoir les émissions fluviales, maritimes et aériennes internationales, ainsi que les émissions des sources non-anthropiques.
(**) Utilisation des Terres, Changement d'Affectation des Terres et Foresterie
(e) estimation préliminaire 

Analyse

Tous les secteurs d'activité contribuent aux émissions mais dans des proportions variables. Toutefois, quelle que soit l'année considérée, le principal secteur émetteur est l'agriculture/sylviculture. Les émissions de ce secteur sont imputables... (pour lire la suite consulter le rapport SECTEN via votre identifiant et mot de passe).

 

Source des données: CITEPA / Format SECTEN - avril 2016