Le CITEPA réalise des travaux prospectifs relatifs aux émissions de polluants et de gaz à effet de serre (GES) à des horizons de quelques années, 10 ou 20 ans, voire à plus long terme, pour une zone géographique donnée pouvant aller d'un territoire, à une région ou à la France entière. Le CITEPA a déjà étudié de nombreux scénarios et prévisions pour le compte du MEDDE, de l'ADEME et de certaines régions (cf. références).

Ce type d'étude présente un très fort intérêt. Ces études permettent aux décideurs d'évaluer les impacts des mesures de réduction mises en œuvre, de déterminer les potentiels encore existants ou de vérifier l'adéquation des mesures mises en place avec des engagements. Ces derniers peuvent être régionaux, nationaux ou internationaux, existants ou futurs à négocier, et concerner des horizons d'une ou plusieurs dizaines d'années. L'outil prospectif s'avère nécessaire à la mise au point des réglementations nationales, comme à celle des schémas régionaux climat air énergie (SCRAE) ou des plans de protection de l'atmosphère (PPA).

Les atouts du CITEPA sont de traiter conjointement les aspects pollution atmosphérique et GES. En effet, les enjeux aujourd'hui sont multiples, avec d'une part, des engagements de réduction des émissions de GES et, d'autre part, des engagements de réduction des émissions de polluants. Au niveau local, certaines normes de qualité de l'air ne sont toujours pas respectées. Des mesures de réduction des émissions de GES peuvent avoir un impact négatif sur les émissions de polluants et vice et versa. C'est le cas par exemple des actions suivantes :

    • actions visant à inciter le développement de la consommation de biomasse. Cette dernière, consommée dans des petits foyers domestiques parfois mal entretenus, voire mal conçus, (pour les plus anciens d'entre eux), peut contribuer aux émissions de particules, de carbone suie et d'hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP),
    • mesures de traitement des gaz chargés de polluants. La mise en place de mesures de lavage pour traiter les émissions de SO2 des installations de production d'électricité fonctionnant au charbon, peut entraîner des consommations d'énergie élevées et ainsi abaisser le rendement des installations de production de quelques points et donc augmenter les émissions de CO2 au kWh fourni.

La capacité à sélectionner des mesures « gagnantes/gagnantes » sur les aspects réduction des émissions de GES et de polluants est donc primordiale aujourd'hui dans toute politique publique ou industrielle. De telles études contribuent à définir les stratégies optimales que tout décideur politique ou industriel se devrait de considérer pour ne pas s'engager dans des voies non adaptées et même parfois contre-productives.

Divers scénarios de mise en place de politiques et mesures peuvent être développés par le CITEPA. Des études de sensibilité permettent de donner les marges d'incertitudes sur ce type d'estimation. Le CITEPA possède la connaissance de tous les secteurs qu'ils soient industriels, domestiques, résidentiels, agricoles, forestiers, etc. Il suit les programmes internationaux relatifs à ces travaux prospectifs (travaux des Nations Unies notamment) et a collaboré à la rédaction de certaines lignes directirces (ou guidelines en anglais). Ces éléments et son expérience lui permettent de répondre de façon efficace à de nombreuses demandes.